Fondant au Chocolat et Petits Suisses (sans beurre, sans huile)

Étiquettes

, , , , , ,

Bonjour!

Avec l’approche de l’été, on cherche des recettes un peu plus light…bon certes, y’a du chocolat, mais chacun ses péchés hein 😉

Ici, les petits suisses apportent l’humidité parfaite pour ce gâteau bien humide et fondant. Avec une tite crème anglaise, la gourmandise est totale!

Ingrédients (pour un cercle de 18cm de diamètre) :

  • 3 œufs
  • 3 petits suisses
  • 200g de chocolat noir
  • 80g de sucre
  • 50g de farine
  • 1/3 de sachet de levure
  • 1cc de vanille liquide

Préparation :

Préchauffer le four à 180°C.

Faire fondre le chocolat au bain-marie.

Fouetter les œufs avec le sucre.

Ajouter les petits suisses et la vanille.

Ajouter la farine mélangée à la levure.

Terminer en incorporant le chocolat fondu.

Verser dans le moule et enfourner pour 20 à 25 min (surveiller avec la pointe d’un couteau).

Laisser refroidir avant de démouler.

Ce fondant est meilleur après une nuit au frais, et avec un peu de crème anglaise 😉

Recette issue du blog Le Cahier Gourmand de Sophie

Macaron Inspiration Amande de Dominique Saibron

Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Bonjour!

Une recette de macaron géant tirée du dernier fou de Pâtisserie.

En la voyant, j’ai su que je ferai ce macaron très vite. J’avais des blancs au frigo, des framboises…ne manquait que la purée de cassis et zou!

J’ai découvert le chocolat Inspiration Amande de Valrhona lors de sa sortie grâce à Cook Shop.  Un vrai goût d’amande, très facile à travailler du coup!

En goûtant la ganache montée, j’avoue que le goût d’amande était trop fort pour moi. J’avais une petite appréhension. Mais finalement, avec l’acidité du confit framboise-cassis, c’est parfaitement équilibré.

J’ai dérogé à la recette de Dominique Saibron en conservant mes coques de macaron à la meringue française, mais sinon le reste est identique (ok, je n’avais pas de pectine, j’ai fait avec un sachet de Vitpris d’Alsa. Mon premier calcul était à priori faux, mon confit a fini en pâte de fruit déco, j’ai donc de nouveau divisé et cette fois c’était bon!)

Ingrédients (pour un macaron de diamètre 18cm) :

Coques de macaron :

  • 104g de blancs d’oeufs
  • 120g de poudre d’amandes
  • 164g de sucre glace
  • 94g de sucre
  • colorants rouge et framboise Top Cake

Confit cassis-framboise :

  • 65g de purée de framboises
  • 35g de purée de cassis
  • 12g de jus de citron
  • 45g de sucre semoule
  • 3g de pectine (ou 2g de Vitpris Alsa)

Ganache montée Inspiration Amande :

  • 275g de crème liquide entière
  • 15g de glucose
  • 100g de couverture Inspiration Amande de Valrhona

Préparation :

La veille : Ganache montée :

Faire bouillir 75g de crème liquide avec le glucose.

Faire fondre la couverture au bain-marie.

Verser la crème très chaude sur la couverture et bien émulsionner.

Ajouter le reste de crème froide petit à petit.

Mixer durant 2 min pour bien lisser.

Filmer au contact et laisser une nuit au frais (ou un minimum de 4h).

Le confit :

Porter les purées de fruits, le jus de citron et 30g de sucre à  ébullition.

Mélanger les 15g de sucre restants à la pectine (ou au Vitpris) puis verser en pluie dans le mélange en ébullition.

Poursuivre à petits bouillons 2 min puis débarrasser.

Laisser refroidir à température ambiante pendant la confection des coques, en le fouettant de temps en temps pour le détendre.

Les coques :

Mélanger la poudre d’amandes et le sucre glace.

Mixer le mélange au robot pour affiner le grain au maximum.

Tamiser ensuite l’ensemble. Réserver.

Monter les blancs au batteur et ajouter progressivement le sucre (en 3 fois au moins) en battant en permanence.

Lorsque la meringue est lisse et brillante, elle forme le bec d’oiseau, elle est prête.

Ajouter les colorants en poudre et battre pour colorer la meringue. Ajuster la couleur.

Incorporer délicatement le mélange de poudre en plusieurs fois à la maryse.

Mettre l’appareil dans une poche munie d’une douille lisse (diamètre 13mm)

Dresser des coques de diamètre 18cm sur une plaque couverte de papier sulfurisé.

Laisser croûter (la surface doit être « sèche » au toucher)

Enfourner à four préchauffé à 140°C pour 15 à 16 minutes environ.

Laisser refroidir totalement avant de décoller.

Montage :

Monter la ganache au batteur pour qu’elle soit ferme. La mettre dans une poche munie d’une douille lisse n°16.

Disposer un premier disque de macaron sur le plat de service.

Pocher des gros points de ganache en suivant le pourtour de la coque. Pocher la moitié du reste en spirale sur le fond.

Détendre le confit et le mettre dans une poche munie d’une douille lisse n°9.

Pocher en spirale sur la ganache.

Pocher le reste de ganache montée toujours en spirale, sur le confit.

Déposer le second disque de macaron pour refermer.

Décorer et laisser au frais 24h avant de déguster.

Ici j’ai décoré avec mon premier essai de confit, trop gélifié, que j’ai découpé à l’emporte-pièce.

Recette de Dominique Saibron, issue du magazine Fou de Pâtisserie n°23, mai-juin 2017

 

Cake Chocolat Menthe

Étiquettes

, , , , , , , ,

Bonjour!

Encore plein de menthe dans le jardin, il faut trouver des idées pour l’utiliser. 😉

Ici, un petit cake très simple, sans beurre mais avec de la crème liquide (allégée histoire de gratter quelques calories pour le bikini).

Hyper simple à faire également, il sera parfait pour le goûter des enfants (et des grands).

Ingrédients (pour un moule à cake de 25cm) :

  • 200g de chocolat noir (Barry Inaya)
  • 90g de sucre
  • 100g de farine
  • 4 œufs
  • 200g de crème liquide (4%)
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 15g de feuilles de menthe

Préparation :

Hacher grossièrement les feuilles de menthe et les faire infuser dans la crème liquide froide pendant une nuit (ou plusieurs heures).

Préchauffer le four à 170°C.

Faire fondre le chocolat dans 100g de crème puis ajouter les 100g de crème restante.

Séparer les blancs des jaunes.

Fouetter les jaunes avec le sucre jusqu’à blanchiment.

Ajouter la crème menthe chocolat.

Incorporer ensuite la farine mélangée à la levure.

Monter les blancs en neige et les incorporer délicatement à la préparation précédente.

Enfourner pour 40min.

Laisser refroidir avant de démouler.

Recette modifiée issue du blog Mes douceurs

Choux Chocolat Menthe

Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Bonjour!

Des ptits choux aujourd’hui! Garnis d’une crème au chocolat noir twistée de menthe fraiche et une chantilly parfumée à la menthe.

La menthe a envahit mes jardinière alors autant l’utiliser à fond 🙂

Les préparations sont très simples donc lancez-vous, c’est facile! 😉

Ingrédients :

Craquelin :

  • 50g de farine
  • 25g de sucre roux
  • 25g de sucre blanc
  • 40g de beurre
  • 1 pincée de sel

Pâte à choux :

  • 75ml d’eau
  • 75ml de lait
  • 60g de beurre
  • 1cs de sucre
  • 1/2cc de sel
  • 80g de farine
  • 3 œufs

Crème chocolat :

  • 150g de chocolat noir (Valrhona Caraïbe 66%)
  • 2 jaunes d’œufs
  • 40g de sucre
  • 25cl de crème liquide entière
  • 15g de feuilles de menthe fraîches

Chantilly menthe :

  • 20cl de crème liquide entière
  • 40g de sucre glace
  • 15g de feuilles de menthe

Déco :

  • feuilles de menthe
  • copeaux de chocolat
  • perles craquantes au chocolat noir Valrhona

Préparation :

Chantilly menthe :

La veille, hacher grossièrement les feuilles de menthe et les mélanger à la crème liquide. Filmer et laisser reposer au frais toute une nuit.

Crème chocolat menthe :

Fouetter les jaunes d’œufs avec le sucre jusqu’à blanchiment.

Porter la crème à ébullition avec les feuilles de menthe hachées grossièrement. Verser en filet, en filtrant les feuilles, sur les jaunes tout en remuant.

Remettre à cuire le mélange en remuant constamment et en vérifiant la température avec un thermomètre. Il ne faut pas dépasser 82°C.

Verser sur le chocolat haché en 3 fois pour bien le fondre, bien mélanger, filmer au contact et laisser refroidir complètement au frais.

Le craquelin :

Mélanger le beurre avec les sucres puis ajouter la farine et le sel.

Étaler entre 2 feuilles siliconées sur 2mm d’épaisseur puis entreposer au congélateur quelques minutes pour qu’il durcisse bien.

Découper des disques de 3cm de diamètre.

Avec le surplus, reformer une boule et ré-étaler pour recommencer l’opération jusqu’à épuisement de la pâte.

Conserver les disques au frais (si vous en avez trop, conservez les au congélateur pour une prochaine fournée)

La pâte à choux :

Porter à ébullition le mélange eau + lait avec le beurre et le sel.

Lorsque le beurre est entièrement fondu, ajouter la farine hors du feu, en une seule fois.

Bien mélanger puis remettre sur feu doux pour dessécher la pâte pendant environ 2min.

Transférer dans le bol d’un robot pâtissier muni de la feuille et le faire tourner un peu pour refroidir légèrement la pâte.

Pendant ce temps, battre les œufs.

Ajouter ensuite les œufs à la pâte petit à petit.

Préchauffer le four à 180°C.

Transférer la pâte dans une poche munie d’une douille lisse.

Dresser les choux sur une plaque couverte d’une toile siliconée (ou papier sulfurisé).

Disposer un disque de craquelin sur chaque choux.

Enfourner pour environ 20min de cuisson, sans ouvrir la porte du four. Les choux doivent être bien dorés.

Laisser entièrement refroidir sur une grille.

Montage :

Filtrer les feuilles de menthe de la crème liquide.

Monter la crème au batteur en ajoutant le sucre glace à la fin.

Mettre la chantilly dans une poche munie d’une douille cannelée.

Mettre la crème en poche munie d’une douille lisse.

Couper les haut des choux.

Garnir le fond des choux avec la crème chocolat.

Disposer quelques perles craquantes puis dresser une rosace de chantilly.

Saupoudrer de copeaux de chocolat puis remettre les chapeaux des choux.

Décorer de quelques minis feuilles de menthe.

 

Recette dérivée de celle du chocolat liégeois très choux

Chouquettes aux Pépites d’Erable

Étiquettes

, , , , , , , ,

Bonjour!

Une petite recette hyper simple aujourd’hui, mais bien gourmande!

Je suis dingue de chouquettes, mais genre vraiment. Sauf que je suis aussi très difficile donc du coup je n’en mange plus tellement.

En fait, étant gamine, il y’avait de temps en temps dans ma commune, le marché géant. Et ce jour-là, le boulanger de la place faisait des chouquettes par cargaison et il fallait faire la queue pour avoir son ptit sac de chouquettes (parfois, on devait même attendre la fournée suivante, pénurie! c’est dire si elles étaient bonnes…)

Les chouquettes de mon enfance restent les meilleures que j’ai jamais mangées. Je n’ai jamais pu retrouver ce goût, cette texture ailleurs.

Alors j’essaie de refaire ça à la maison. Et pour twister un peu la chouquette, j’ai utilisé ici des pépites d’érable rapportées du salon Sugar.

Au salon Sugar, sur le stand de la Petite Cabane à Sucre de Québec, j’ai découvert plein de produits issus de l’érable (j’ai tout goûté, jme suis dévouée) et plein d’idées recettes avec ces produits.

La première qui a fait tilt, ce sont les chouquettes…rien de compliqué, on remplace juste le sucre en grain par des pépites d’érable. Je ne vous raconte même pas le goût que ça donne….

Ingrédients (pour tout plein de chouquettes!) :

Pâte à choux :

  • 75ml d’eau
  • 75ml de lait
  • 60g de beurre
  • 1cs de sucre
  • 1/2cc de sel
  • 80g de farine
  • 3 oeufs

Déco : pépites d’érable

Préparation :

Porter à ébullition le mélange eau + lait avec le beurre et le sel.

Lorsque le beurre est entièrement fondu, ajouter la farine hors du feu, en une seule fois.

Bien mélanger puis remettre sur feu doux pour dessécher la pâte pendant environ 2min.

Transférer dans le bol d’un robot pâtissier muni du fouet et le faire tourner un peu pour refroidir légèrement la pâte.

Pendant ce temps, battre les oeufs.

Ajouter ensuite les oeufs à la pâte petit à petit.

Préchauffer le four à 180°C.

Transférer la pâte dans une poche munie d’une douille lisse.

Dresser les choux sur une plaque couverte d’une toile siliconée (ou papier sulfurisé).

Déposer des pincées de pépites d’érable sur chaque choux.

Enfourner pour environ 20min de cuisson, sans ouvrir la porte du four. Les choux doivent être bien dorés. (Bien surveiller, le temps de cuisson dépend aussi de la taille des choux)

Laisser entièrement refroidir sur une grille.

Cake au Citron de Pierre Hermé

Étiquettes

, , , , ,

Bonjour!

Un grand classique aujourd’hui, mais que je n’avais encore jamais testé. Franchement, je regrette d’avoir attention si longtemps!

Le cake est bien moelleux, dense mais pas sec et bien citronné. Un vrai bonheur de simplicité!

Je vous indique les dimensions du moule prévu dans la recette originale, que j’ai utilisé. Mais dans mon moule ça a failli déborder sur le côté (juste failli hein, du coup il penche d’un côté, mais ça n’a pas coulé totalement…bref). la prochaine fois je prendrai peut-être la taille au dessus. Ou alors je fais les quantités pour 2 moules et je mets les 3/4 dans un grand moule…bref excuse bidon pour refaire la recette quoi…

Ingrédients (pour un petit moule à cake de 19cm de long et 9cm de large, de chez Demarle pour moi) :

Pâte à cake :

  • 188g de farine
  • 200g de sucre
  • les zestes de 1.5 citrons jaunes
  • 3 œufs
  • 95g de crème liquide entière
  • 0.5cc de levure
  • 68g de beurre doux
  • 1/2 pincée de sel

Sirop d’imbibage :

  • 75g d’eau
  • 33g de sucre
  • 1cs de jus de citron

Préparation :

Préchauffer le four à 160°C.

Faire fondre le beurre et le laisser refroidir.

Mélanger les zestes de citron avec le sucre et laisser macérer 10min.

Fouetter les œufs avec le sucre pendant 5min. Le mélange doit être très mousseux et doubler de volume.

Ajouter ensuite la crème et le sel, toujours en fouettant.

Incorporer ensuite la farine et la levure tamisée puis terminer par le beurre fondu.

Verser dans le moule à cake et enfourner pour 1h.

Pendant la cuisson, préparer le sirop.

Faire chauffer l’eau avec le sucre.

Stopper dès l’ébullition et laisser refroidir.

Ajouter le jus de citron et mélanger.

En fin de cuisson, laisser le cake refroidir un peu avant de le démouler.

Une fois démoulé, l’imbiber avec le sirop à l’aide d’un pinceau (passer plusieurs fois partout pour bien imprégner le cake).

Laisser totalement refroidir avant de découper.

Recette issue du blog de Mercotte

Tarte Gianduja

Étiquettes

, , , , , ,

Bonjour!

Petite recette simple de tarte au chocolat mais délicieuse avec ce côté noisette apporté par le Gianduja!

Il faut juste prévoir un peu de temps de repos pour la pâte 😉

Ingrédients (pour 6 personnes) :

Pâte sucrée noisette :

  • 110g de beurre
  • 50g de sucre glace
  • 25g de sucre poudre
  • 25g de poudre de noisette
  • 1 pincée de sel
  • 1 oeuf
  • 185g de farine

Ganache Gianduja :

  • 85g de lait
  • 170g de crème liquide entière
  • 55g de glucose (ou miel d’acacia)
  • 65g de chocolat noir
  • 180g de Gianduja (Weiss)
  • 20g de praliné (Weiss)
  • 35g de beurre

Déco :

  • crème liquide entière

Préparation :

Pâte sucrée noisette :

Au robot muni de la feuille, mélanger le beurre à température ambiante avec les 2 sucres, les noisettes en poudre et le sel.

Ajouter l’œuf battu petit à petit.

Ajouter la farine en une fois et mélanger juste pour amalgamer.

Former une boule aplatie, la filmer et mettre au frais pour 2h minimum.

Préchauffer le four à 160°C.

Abaisser la pâte sur 3mm d’épaisseur et en foncer un cercle à tarte (il restera de la pâte, la filmer et la congeler pour une prochaine tarte).

Enfourner à blanc pour 40min environ.

Laisser totalement refroidir sur une grille.

Ganache Gianduja :

Porter à ébullition le lait avec la crème et le glucose.

Faire fondre le chocolat noir et le gianduja au bain-marie avec le praliné.

Verser ensuite la crème chaude en 3 fois dessus et bien émulsionner.

Ajouter le beurre pour qu’il fonde.

Verser la ganache sur le fond de tarte cuit et laisser figer au frais.

On peut décorer avec une crème fouettée et des copeaux de chocolat.

Recette issue du blog Turbigo-gourmandises.

Macaron Géant Vanille Cardamome et Framboise

Étiquettes

, , , , , ,

Bonjour,

petite recette imaginée pour un collègue à l’occasion de la saint valentin.

J’ai repris ma ganache montée vanille cardamome (parce que c’est juste trop bon) et imaginé une ganache montée framboise pour l’accompagner ainsi qu’un petit confit de framboise histoire de donner un peu de peps.

Ingrédients (pour un macaron de 20cm de diamètre) :

Les coques :

  • 104g de blancs d’oeufs
  • 120g de poudre d’amandes
  • 164g de sucre glace
  • 94g de sucre
  • colorant en poudre framboise

La ganache montée vanille-cardamome :

  • 50g de crème liquide entière
  • 7g de miel d’acacia
  • 100g de chocolat blanc (Valrhona Ivoire)
  • 150g de crème liquide entière
  • 1 gousse de vanille bourbon
  • 1cc de cardamome en poudre

La ganache montée framboise :

  • 50g de chocolat blanc (Valrhona Ivoire)
  • 75g de framboises (surgelées)
  • 25g + 75g de crème liquide entière
  • 4g de miel d’acacia

Le confit de framboise :

  • 100g de framboises (surgelées)
  • 50g de sucre

Préparation :

Faire les ganaches montées la veille (ou au moins 3h avant).

La ganache vanille cardamome :

Faire fondre le chocolat au bain-marie.

Porter à ébullition la crème avec les grains de vanille et la gousse fendue, la cardamome et le miel.

Lorsque la crème arrive à ébullition, retirer la gousse et verser sur le chocolat haché. Bien émulsionner

Ajouter ensuite les 150g de crème froide en émulsionnant bien

Filmer au contact et entreposer une nuit au frais (3h minimum).

La ganache framboise :

Mixer les framboises et passer au tamis pour enlever les grains.

Faire fondre le chocolat au bain-marie.

Porter à ébullition la crème et le miel.

Lorsque la crème arrive à ébullition, verser sur le chocolat haché. Bien émulsionner

Ajouter ensuite les 150g de crème froide en émulsionnant bien.

Terminer en ajoutant le coulis de framboise.

Filmer au contact et entreposer une nuit au frais (3h minimum).

Le confit de framboise :

Mixer les framboises et passer au tamis pour enlever les grains.

Faire chauffer dans une casserole avec le sucre, à feux doux jusqu’à obtenir un coulis épais.

Laisser totalement refroidir.

Les coques :

Mélanger la poudre d’amandes et le sucre glace.

Mixer le mélange au robot pour affiner le grain au maximum.

Tamiser ensuite l’ensemble. Réserver.

Monter les blancs au batteur et ajouter progressivement le sucre (en 3 fois au moins) en battant en permanence.

Lorsque la meringue est lisse et brillante, elle forme le bec d’oiseau, elle est prête.

Ajouter une pointe de couteau de colorant en poudre et battre une dernière fois pour colorer la meringue.

Incorporer délicatement le mélange de poudre en plusieurs fois à la maryse.

Mettre l’appareil dans une poche munie d’une douille lisse (diamètre 9 à 10mm)

Dresser des coques de diamètre 20cm sur une plaque couverte de papier sulfurisé.

Laisser croûter (la surface doit être « sèche » au toucher)

Enfourner à four préchauffé à 140°C pour 12 minutes environ.

Laisser refroidir totalement avant de décoller.

Montage :

Disposer une des 2 coques sur un plat de service, côté intérieur vers le haut.

Monter les 2 ganaches puis les transvaser dans des poches munies de douilles (ici douille unie pour la ganache framboise et douille cannelée pour la vanille)

Détendre le coulis en le fouettant un peu puis mettre dans une petite poche.

Pocher alternativement les ganaches puis déposer des gouttes de coulis.

Déposer la 2ème coque de macaron.

Laisser au frais à l’air libre pendant 24h puis au frais dans une boite encore 24h avant de déguster.

Recette de la ganache issue du blog de Mercotte

Recette des coques issue du cours de Chef Clément

 

Mini quiche Petit Pois Beaufort

Étiquettes

, , , , , , , ,

Bonjour!

Nouvelle recette sympa avec des petits pois mais aussi fromagère puisque j’ai profité d’avoir rapporté un magnifique Beaufort d’été du marché d’Annecy pour remplacé le Comté initialement prévu dans cette recette.

Le Beaufort d’été de Jacques Dubouloz est une pure merveille (il n’est pas MOF pour rien!), je redoute déjà le moment où mon morceau sera terminé!

Rien de compliqué mais tout pour se régaler!

Ingrédients (pour environ 6 mini quiches) :

  • 1 pâte brisée
  • 80g de beaufort d’été râpé
  • 80g de petit pois écossés (ici garden peas de chez Picard)
  • 2 oeufs
  • 10cl de lait
  • sel, poivre

Préparation :

Faire bouillir une grande casserole d’eau salée.

Y plonger les petits pois et laisser 2 min à la reprise de l’ébullition. Égoutter et laisser refroidir.

Préchauffer le four à 200°C.

Dans la pâte brisée, découper à l’emporte-pièce des rondsd de pâte pour foncer les moules.

Fouetter les œufs avec le lait, le sel et le poivre.

Sur les fonds de tarte, déposer des petits pois et couvrir de Beaufort.

Verser l’appareil aux œufs par dessus.

Enfourner pour environ 15min.

Servir bien chaud avec une salade verte.

 

Recette issue du magazine Vital Food n°10

Echappée Belle Tomme de Savoie IGP, jour 3 : Annecy, Pierre Gay, Jacques Dubouloz et Philippe Rigollot

Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Bonjour!

 

Troisième et dernière partie de notre échappée belle en Savoie.

Nous nous réveillons donc au Boutik Hôtel d’Annecy avec un copieux petit déjeuner.

Notre hôtesse est aux petits soins et le buffet très gourmand (oh tiens, du fromage! Histoire de changer)

Fallait au moins ça pour se réveiller, hein les gars? 🙂

Notre guide vient ensuite nous chercher et nous partons à la découverte d’Annecy : son parc, son lac, le Pont des Amours…

Petite halte chez Pierre Gay, MOF Fromager dont la vitrine est alléchante, surtout de bon matin (#ventreàpattes)

L’arrière boutique fait office de cave à vin et, ô surprise, nous « marchons » sur sa cave d’affinage…

Hop hop hop, petite descente dans l’antre fromagère du maître.

On remonte ensuite pour déguster une Tomme de Savoie bien fondante et crémeuse et échanger avec Pierre.

Et là, le drame, il nous sort un reblochon….mais genre LE reblochon, bien crémeux, limite coulant.Le reblochon que tu salives pendant qu’il le coupe quoi.

Le reblochon qui t’enrobe le palais et qui te fait flancher sévère…snif, j’en veux encore!! (Virginia, une virée Reblochon à prévoir? Jte jure je trouve à le caser dans un dessert s’il faut!) Nan, mais mate moi ce truc de ouf! o_O

On repars ensuite, toujours avec notre guide, pour faire un tour sur le marché d’Annecy : du fromage, du saucisson, des fleurs….y’a tout ce qu’il faut ma bonne dame!

 

Mais surtout, il y’a Jacques…

Jacques Dubouloz, MOF fromager également, écume les marchés d’Annecy pour proposer ses produits au plus grand nombre.

Petit moment (trop court) d’échange avec lui, sur la Tomme de Savoie bien entendu, mais aussi sur sa gamme de fromage. J’ai pu découvrir son Beaufort d’été qui est juste une tuerie intersidérale (un joli morceau m’a raccompagnée à la maison d’ailleurs).

Mais le temps presse et nous devons repartir (zut, j’aurais du prendre de la Tomme cerronnée!)

Normalement, une visite du château d’Annecy était prévue…sauf que j’ai une réputation de ventre affamé à tenir et Faustine doit aller chercher les Tommes de Savoie que nous rapporterons à la boutique de la Cahmbre d’Agriculture…or, dans cette boutique, je sais que l’Abondance produite par la famille de Sophie (du GAEC des Chardons Bleus) y est vendue…et j’en veux!

David et moi, nous abandonnons lâchement nos 3 copains pour aller se ravitailler en fromage…

Nous les retrouvons vers 12h au café des Brumes pour un ptit café (sauf que Létitia et Dorian doivent partir! snif cette fois c’est la fin!)

Je me console avec un cappuccino juste dingue (le meilleur que j’ai pu boire jusqu’alors) et des cookies Tomme-Cranberries.

Et là, surprise, une copine d’instagram me dit « bouge pas, j’arrive! » Coucou Vanessa!

Le café des Brumes nous propose une dégustation d’un café passé au Chemex, qui permet d’avoir des arômes plus subtils de café.

Même moi qui ne suis pas café noir, j’ai apprécié celui-ci (avec du sucre quand-même, sacrilège!). Il était bien bon, n’est-ce pas David?

C’est ensuite l’heure de se séparer pour de bon. Il ne reste que Virginia et Alexandra. On se dit à bientôt (ben oui, jveux bien revenir en Savoie moi, y’en a plein des fromages non? #messagenonsubliminal)

Mais ce n’est pas vraiment la fin finale…

Avec David, on a demandé du rab…notre train ne part qu’après 16h….

On commence par courir chercher du fromage (on rate Jacques Dubouloz, le marché est fini!! snif!). Du coup, retour chez Pierre Gay et David peut enfin s’offrir tout plein de fromages (ouf!).

Ensuite, nous allons tranquillement vers notre but gourmand….la pâtisserie de Philippe Rigollot! (nous gourmands? roooh)

Après avoir bien bavé devant la vitrine, nous jetons notre dévolu sur la pâtisserie signature du MOF, à savoir M. SMith.

Comment le décrire? une tuerie!

Allez je détaille : une pâte sablée fine et croustillante, une crème d’amande moelleuse, une compotée de pommes acidulées, une mousse vanille démente et un glaçage juste magnifique.

C’est une explosion de fraîcheur, c’est juste ce qu’il faut, c’est parfait.

Je repars avec une boite de chocolats sous le bras, histoire de prolonger le plaisir à la maison.

Nous retournons ensuite chercher nos bagages à l’hôtel qui les a gentiment gardé. C’est vraiment sympa de leur part.

Et nous repartons vers la gare, tranquillement. On va papoter pendant le premier trajet vers Lyon et nos voisins de wagon profiteront des parfums de fromage (même pas honte!). Et pis, grâce à la SNCF toujours à l’heure, on va pouvoir éliminer encore quelques calories entre 2 trains, hein 😉

Et voilà, l’aventure est finie (snif!), c’était fabuleux! (Virginia, je reviens quand tu veux!!)